Les plantes aquatiques et leurs milieux

Les plantes dont on dispose pour décorer son jardin proviennent de nos contrées et de toutes les régions tempérées du monde qui correspondent plus ou moins aux climats de notre pays.

 différentes plantes aquatiques

Au cours du temps, chacune d’entre elles s’est adaptée à des conditions de vie déterminées. Les unes recherchent l’ombre, d’autre le soleil, certaines se satisfont d’une faible humidité quand d’autres ne peuvent survivre que dans l’eau.

L’ensemble des conditions nécessaires à la vie d’une espèce végétale (ou animale) constitue son milieu. Il est caractérisé par différents facteurs :

  • l’ensoleillement ou l’ombre,
  • la présence de végétaux concurrents comme les arbres,
  • la nature du sol,
  • la roche sous ses différentes formes,
  • le degré d’humidité ou de sécheresse.

Certaines plantes d’origine plus tropicale font aussi partie de cette palette végétale. Elles ont naturellement besoin de plus de chaleur. Il faut donc leur réserver les emplacements les plus favorables et les abriter en hiver, un peu ou beaucoup, selon les rigueurs du climat local.

 

Les différents milieux aquatiques

zones aquatiques bassin

Les rives et les berges (RBI, RB2)

La première zone RB1 se trouve un peu à l’écart de l’eau, soit un peu éloignée, soit en surélévation. Le sol peut y être humide, ou même détrempé, mais selon les saisons et la météo, des périodes de sécheresse plus ou moins prononcées peuvent sévir... Cette zone peut se confondre dans la zone EL3.
En RB2, que l’on désigne aussi comme « zone du roseau » ou roselière, le sol est toujours mouillé, parfois même submergé de 10 à 20 cm, plus ou moins longtemps selon les lieux et les saisons. 

 

La pleine eau (PE1, PE2, PE3, PE4)

La zone PE1 se confond plus ou moins avec la zone roselière RB2. C’est une zone de basses eaux (de 0 à 20 cm de profondeur et plus) dans laquelle les plantes, ancrées au sol, dressent leurs tiges et leurs feuilles au-dessus de l’eau. Certains scirpes ou certaines renouées prospèrent encore dans plus de 1m d’eau.
Les plantes de la zone PE2 sont également ancrées dans le sol mais leurs feuilles flottent à la surface. Ce sont en particulier les nénuphars. Ces plantes ont un rôle d’ombrage et d’obscurcissement de l’eau qui contribue aussi à l’équilibre d’un bassin.
PE3 correspond aux plantes plus ou moins efficacement ancrées au fond et dont la végétation est entièrement submergée, dans 30cm d’eau et plus. Il s’agit des plantes dites oxygénantes, si utiles aux poissons et à l’équilibre du bassin.
Les espèces du groupe PE4 sont dites nageantes, ou flottantes. Elles ne sont pas ou très peu ancrées au sol et flottent librement à la surface. La jacinthe d’eau en est un bon exemple.

 

La bonne plante au bon endroit, un grand pas vers la réussite.

Cette classification permet de mieux comprendre l’organisation du décor végétal d’un bassin.
En fait, la nature a bien fait les choses. La plupart des plantes disposent généralement de bonnes facultés d’adaptation.
Il n’empêche que respecter leurs exigences naturelles permet d’en tirer le meilleur parti, tout en limitant et en simplifiant les soins, pour le plus grand bonheur du jardinier.

 

Les autres milieux

milieux aquatiques

Les autres milieux sont donnés ici à titre de rappel. Ils correspondent aux lieux arborés (sous-bois, lisières) marqués par la forte concurrence due aux racines des ligneux. Les milieux de la rocaille subissent la présence du minéral sous ses différentes formes. L’espace libre, à l’écart des arbres et de leurs racines, dépend des caractéristiques du sol.
Quelques plantes aquatiques de la zone RB1, disposant de larges facultés d’adaptation, peuvent se retrouver dans l’un de ces milieux d’une manière tout à fait naturelle. L’eau reste le facteur déterminant.